header_1140x120.png

L'esprit des bêtes (2016)

Le rire de Benjamin Rabier | Charles Fréger, photographies | Un éléphant sans trompe, un lapin affublé d’une queue de renard, un serpent enragé et des singes rieurs… Les collections du Musée de l’image recèlent des trésors d’humour !

Connu aujourd’hui comme le créateur de la Vache qui rit ou de Gédéon le canard, Benjamin Rabier, illustrateur et dessinateur de presse, est déjà réputé lorsqu’il commence à créer des images pour l’Imagerie Pellerin en 1897.

Les 21 images en feuille (dessins originaux à l’appui !) et les albums créés par Benjamin Rabier signent les débuts de cet illustrateur génial et prolifique. Dans ses histoires facétieuses on retrouve tour à tour des hommes dupés, des enfants pas sages… et surtout des animaux, tantôt naïfs ou espiègles, tantôt gagnants ou victimes, à l’image du renard rusé bien souvent malmené… L’humour du 19e siècle est surprenant, le trait de l’artiste est précis, la composition est proche de la bande-dessinée.

Benjamin Rabier et l’imagerie, un sujet étudié pour la première fois en France… Avec le regard du Musée de l’image, le résultat promet d’être détonnant !

Les Singes et le Pélican poursuivis par le Serpent enragé (détail), Benjamin Rabier | Zincographie coloriée au pochoir éditée par l’Imagerie Pellerin, Épinal, 1897 | © Coll. Musée de l’image

Charles Fréger, Wilder Mann

En connivence, les photographies contemporaines de Charles Fréger, où des hommes posent en costumes de rites ancestraux, grimés en bêtes sauvages. Mais l’artiste les plante délibérément en pleine nature, hors de tout contexte folklorique. Portrait d’individu ou silhouette anonyme… portrait de groupes… ?

Résultat d’un travail de deux ans à travers dix-huit pays d’Europe, cet inventaire est loin d’être ethnographique. Le monde humain et le monde animal se rejoignent, la culture et la nature se juxtaposent. Nous avons devant nous des créatures hybrides, figures tutélaires de l’homme sauvage – du Wilder Mann.

« Ce qui nous surprend, c’est la liberté avec laquelle, à travers l’Europe, des hommes s’emparent de quelques thèmes iconographiques pour les incarner en les renouvelant. Ce qui nous ravit, c’est la justesse avec laquelle un photographe en fait les acteurs d’un théâtre où se joue la comédie des origines. »

Jean-Christian Fleury, pour le catalogue de l’exposition.

Caretos, Portugal (détail), Charles Fréger, photographie, série Wilder Mann | Coll. de l'artiste | © Charles Fréger, 2010

Cette exposition est proposée par le Musée de l’image | Ville d’Épinal avec le soutien de la Direction régionale des Affaires culturelles de Lorraine. L’exposition accompagne le festival Les Imaginales à Épinal.

En lien

> Catalogue de l'exposition

L'expo en quelques dates

> Du 29 mai au 1er novembre 2015

> Prolongation de la salle consacrée aux images de Rabier jusqu'au 28 mars 2016

Les documents à télécharger

> Le dossier de presse

> Le dossier pédagogique

Menu pratique
Prochains événements
L'image de saison

Épinal, la ville des images

Le Musée de l’image est un établissement de la Ville d’Épinal. Il est l’un des nombreux sites culturels et touristiques du territoire. Un week-end à Épinal, ça vous tente ? En savoir +

La Cité de l'image

Tout de verre vêtu, le bâtiment du Musée de l’image se trouve juste devant les anciens ateliers de l’Imagerie Pellerin. Ces deux structures forment ensemble la Cité de l’image. Retrouvez les panneaux urbains qui vous guident jusqu’à nous ! En savoir +

Infos visiteurs

Au Musée de l’image sont exposées des œuvres d’art graphique : estampes, dessins et photographies. Pour leur conservation, la température des salles se situe entre 18° et 22° C. Ainsi, si vous êtes frileux, n’oubliez pas votre petite laine… En vous souhaitant une chaleureuse visite.

Plan Vigipirate

Les sacs à dos, sacs de voyage, valises... sont interdits dans l'enceinte du musée (vestiaire fermé). Les visiteurs seront tenus de présenter leurs sacs à main ouverts aux agents d'accueil. Merci de votre compréhension.