Rois et Reines

  • Galerie des Rois et Reines de France n°182
    1862 | Pinot & Sagaire, Épinal

  • La brique
    Frédéric Coché | 2010 | série La mort du roi | gravure

  • Galerie des Rois et Reines de France n°183
    1862 | Pinot & Sagaire, Épinal

  • L'escalier secret
    Frédéric Coché | 2010 | série La mort du roi | gravure

  • Galerie des Rois et Reines de France n°184
    1862 | Pinot & Sagaire, Épinal

  • Le château des aigles
    Frédéric Coché | 2010 | série La mort du roi | gravure

  • Galerie des Rois et Reines de France n°185
    1862 | Pinot & Sagaire, Épinal

  • À la croisée des chemins
    Frédéric Coché | 2010 | série La mort du roi | gravure

  • Galerie des Rois et Reines de France n°186
    1862 | Pinot & Sagaire, Épinal

  • La chasse mystique
    Frédéric Coché | 2010 | série La mort du roi | gravure

32 couples de rois et reines de France…

L’exposition est construite à partir d’une image imprimée en 1862 par Charles Pinot à Épinal, la Galerie des rois et reines de France.

Cette galerie, en 5 planches, nous présente plus de 70 couples de rois et reines, d’empereurs et d’impératrices qui ont gouverné la France depuis Pharamond en 428 après J.C jusqu’à Napoléon III en 1862.

Éditée sous Napoléon III et Eugénie, l’image est étudiée par le musée en se positionnant en 1862, l’année de sa création. Quel était l’intérêt d’une telle image pour le Second Empire, pourquoi le choix de cette reine-là, pourquoi ces personnages étrangers qui se glissent parmi les rois et reines ? Peut-on déterminer une intention à cette longue file de souverains ?

Dans l’expression « roi et reine », le musée s’est surtout intéressé à la conjonction « ET ».

Qu’est ce qui relie les deux personnages, comment leur couple s’est-il constitué, quelles ont été leurs missions mutuelles au sein de leur couple mais aussi vis à vis de la France ?

Avec l’Université de Lorraine et plus spécialement le département d’HISTOIRE de Nancy, le musée a construit une exposition faisant appel à l’histoire mais aussi à la lecture de ces images.

32 couples de rois et reines (tels un jeu de cartes) , choisis par affinité, deviennent des personnages marquants de notre histoire, mais aussi des hommes et des femmes en charge souvent d’une lourde mission qui les a modelés et à laquelle ils ont été obligés de se plier.

Avec ces regards personnels - et c’est là le parti-pris de l’exposition- et des thèmes plus généraux qui récapitulent les grandes lois du royaume, le Musée vous invite donc à un voyage dans notre histoire.

En connivence avec 32 images de Frédéric Coché

Le Musée a depuis toujours, mis en connivence les images de sa collection avec des œuvres d’art contemporain et c’est aujourd’hui Frédéric Coché qui accompagne l’exposition, avec une série qui semble avoir été réalisée pour l’occasion, « La mort du roi ».

Au fil de ses eaux-fortes, Frédéric Coché fait, vous le verrez, de nombreuses références.

À la peinture, aux gravures des maîtres, à l’histoire ou la mythologie, à la philosophie, à la vie quotidienne aussi. Mais ces références, passées ou présentes, ne sont là que parce qu’à un moment, elles ont fait partie de ses plaisirs ou de ses recherches. En vertu de quoi, il les manipule, n’en garde que des bribes pour créer ses propres images. Les prises de vues sont souvent photographiques, les dessins tiennent aussi des pictogrammes… Le trait des gravures – ou de la pensée – est fin et acéré.

Son regard est à la fois grave et amusé, tendre et incisif.

Ces 32 gravures ne racontent pas une histoire continue narrant la mort d’un roi mais plutôt un conte, une rêverie. Elles sont une suite d’ « images », de pensées, de regards.

» Voir la visite souvenir de l'exposition »